News

Festival Radio Classique à l’Olympia

La musique classique investit le temple de la chanson le week-end prochain : symphonies ou musique de chambre, stars ou espoirs.

     

Jonathan Schiffman à Paris, Olympia, les 13 et 14 juin à l’Olympia. Réservations : 0.892.68.33.68/0.892.68.36.22, www.radioclassique.fr, www.olympiahall.com

Places de 22 à 71,50 euros.

L’Olympia : un nom qui, pour toute la France, rime avec chanson. La salle du boulevard des Capucines est devenue un mythe, autant pour le public que pour les artistes – qui y vécurent des heures mémorables entre un Gilbert Bécaud fracassant, une Edith Piaf qui y laissa presque sa vie, des Beatles débutants ou un Jacques Brel enthousiaste.

Le temple, pour deux jours, ouvre ses portes à la musique dite, on ne sait trop pourquoi, « grande ». Radio Classique fait son festival : cinq concerts en deux jours, les 13 et 14 juin, qui devraient attirer non seulement les amateurs mais aussi tous ceux qui ont envie d’élargir leur horizon musical. Avec des interprètes renommés. Par deux fois, l’Orchestre de Paris, sous la direction de Jonathan Schiffman, accompagnera une jolie brochette de solistes : le violoniste Kirill Troussov, la violoncelliste Anne Gastinel, la pianiste Edna Stern, et la soprano Patricia Petibon. La voie qu’ils suivront ira de Mozart à Saint-Saëns, mêlant mouvements de symphonies et de concertos, airs d’opéras, pages symphoniques (le 13, 21 heures). Sous la baguette du vaillant Lillois Jean-Claude Casadesus, des morceaux populaires seront à l’honneur, Weber (ouverture d’« Obéron »), Mahler (troisième mouvement de la « Symphonie no 1 »), d’autres encore, pour terminer par l’inusable « Boléro » de Ravel (le 14, 17 heures).

Place à la musique de chambre, souvent mal aimée et qu’il faut défendre avant tout. Jean-Marc Philips Varjabedian (violon), Xavier Philips (violoncelle), Emmanuel Strosser (piano) ont choisi Fritz Kreisler, Maurice Ravel (« Kadish », « Tzigane »), Astor Piazzola, Joseph Haydn, Antonin Dvorak (des extraits du magnifique « Trio Dumky »). Programme superbe, et rendez-vous incontournable (13 juin, 17 heures). De trois, passons à quatre, avec le Quatuor Debussy, auquel se joindront le violoncelliste Henri Demarquette et la pianiste Brigitte Engerer. Schubert, Dvorak, Fauré seront convoqués, et, plus inattendue, une transcription pour quatre cordes de fragments du « Requiem » de Mozart (14 juin, 14 heures).

A ne surtout pas laisser passer, l’ouverture de ces manifestations. Car, intitulée « Nouvelle génération Piano », elle proposera d’entendre les stars du clavier de demain venant du monde entier. Une Française, parmi eux, Delphine Lizé. Et Shani Diluka, Alexander Gurning, Etsuko Hirosé, Dong Hiek Lim, Alexander Drozdov. Ils viennent de Russie, du Japon, de Chine, ils ont déjà, à leur actif, des enregistrements remarqués par la critique, et ils font l’admiration de leurs aînés, telle l’immense Martha Argerich. Ils joueront Schubert, Mendelssohn, Chopin, Grieg, Debussy, Rachmaninov (13 juin, 14 heures).

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :