News

CSA : le conseil veut taxer Bolloré sur la vente de Direct 8 et Direct Star

Le président du Conseil supérieur de l’audiovisuel, Michel Boyon, s’est dit favorable mardi à une taxation de la plus-value que réaliserait le groupe Bolloré (BOL.FR) sur la cession de ses chaînes de télévision Direct 8 et Direct Star à Canal+, si ce projet est validé par l’Autorité de la Concurrence.

Cette cession annoncée en septembre, qui valorise les deux chaînes à hauteur de 465 millions d’euros, a provoqué l’opposition des principales chaînes françaises, qui ont dénoncé l’intrusion de la chaîne cryptée dans la télévision gratuite. La plus-value que réaliserait Bolloré après avoir racheté Direct Star en 2010 pour 70 millions d’euros a également alimenté la polémique.

« Je pense que la formule la plus astucieuse et la plus utile par les temps qui courent c’est celle de la taxation de la plus-value réalisée », a déclaré Michel Boyon lors d’une conférence du secteur audiovisuel. « Il y a des mécanismes fiscaux qui permettent de le faire (…) Ca serait la possibilité de mettre fin à quelque chose qui reste éminemment discutable », a-t-il ajouté.

Le responsable s’est en revanche déclaré opposé à une obligation pour les groupes audiovisuels de conserver pendant un certain nombre d’années les fréquences qui leur sont attribuées par le CSA.

Interrogé en marge de la conférence par Dow Jones Newswires, Michel Boyon a indiqué que rien n’interdisait à Canal+ d’être un acteur de la télévision gratuite. Il a toutefois ajouté que cette acquisition posait des questions en termes de concurrence et qu’elle serait examinée attentivement par les autorités de régulation.

Personne n’était disponible dans l’immédiat au service de communication du groupe Bolloré pour apporter un commentaire.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :