News

Cour des comptes : « Résultat limité » des aides à la presse

Le plan d’aide à la presse écrite, pour lequel le gouvernement a dépensé 5 milliards d’euros de 2009 à 2011, « a obtenu des résultats limités », estime la Cour des comptes dans son rapport annuel publié mardi.

Devant l’aggravation de la crise du secteur de la presse écrite, le gouvernement a pris des « mesures sans avoir pu procéder à une évaluation préalable des dispositifs existants, ni orienter une partie des moyens financiers vers des mesures de nature structurelle », déplore les Sages de la rue Cambon, qui réclament « une réforme profonde de la politique d’aide à la presse ».

La Cour formule donc plusieurs recommandations, dont une meilleure transparence avec la publication du montant annuel des aides accordées à chaque titre.

Elle préconise aussi d’accentuer le « ciblage » de ces aides « en faveur des familles de presse présentant des enjeux en termes de pluralisme », et de recentrer les aides à la modernisation « sur les projets innovants ».

La ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, a installé le mois dernier un groupe de travail sur les aides à la presse, qui doit rendre ses conclusions d’ici fin avril pour proposer une réforme de leur répartition.

La ministre avait alors indiqué que la réforme des aides à la presse interviendrait dès 2013. Ces aides totalisent 1,2 md d’euros sur le seul budget 2013.

Ce groupe de travail a notamment pour mission: « Ciblage sur la presse d’information politique et générale, amélioration du soutien à la transition numérique, mise en cohérence des aides à la diffusion, examen du soutien aux diffuseurs de presse ».

Dans sa réponse à la Cour, Mme Filippetti rappelle qu’elle souhaite « entreprendre une remise à plat des dispositifs d’aide à la presse, en lien étroit avec l’ensemble des partenaires concernés ». Ce rapport « nourrira certainement la réflexion du groupe de travail », dit-elle.

Concernant les aides au portage, la ministre souligne « qu’il ne revient pas à l’Etat de se substituer aux titres de presse dans le choix de leur stratégie de distribution ».

Mme Filippetti indique enfin qu’elle rejoint « la préoccupation de la Cour relative à une meilleure articulation entre les aides à la diffusion et à la distribution de la presse, point stratégique qui fera certainement partie de la réflexion à venir sur la refondation » de ces aides.

Le secteur de la distibution de la presse connaît depuis plusieurs mois des difficultés: depuis octobre, les salariés du groupe de messagerie Presstalis ont bloqué partiellement ou totalement une trentaine de fois la distribution des quotidiens nationaux pour peser dans la négociation du plan de modernisation du groupe qui prévoit notamment la suppression de 1.250 emplois sur 2.500 et le regroupement des dépôts ou des plateformes logistiques de l’entreprise.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :