News

Couac au gouvernement sur la redevance TV

Le chantier de la redevance TV crée décidément de la friture sur la ligne gouvernementale. Dernière note dissonante en date: celle d’Axelle Lemaire, la secrétaire d’État en charge du Numérique qui n’est pas «favorable» au projet d’extension de cette contribution au box. Une idée pourtant défendue par sa consœur Fleur Pellerin, la ministre de la Culture… «La question d’une redevance sur les box Internet, se pose, elle n’a pas été arbitré encore. Il faut savoir que ça concerne moins de 2 % des foyers en France. En réalité, 98 % des foyers ont une télévision donc déjà, c’est assez mineur comme public touché», a taclé ce jeudi matin Axelle Lemaire, invitée sur le plateau du journal L’Opinion.

Toucher les jeunes

Pour enfoncer le clou, la secrétaire d’État fait valoir que cette option toucherait en premier lieu les jeunes «qui n’ont pas, ou ont fait le choix, de ne pas avoir la télévision». Des propos qui contredisent l’argumentation du ministère de la Culture. D’après la rue de Valois, cet élargissement de l’assiette de la redevance au box taxerait surtout les ménages CSP + et urbains, puisque les étudiants sont exonérés de redevance. Qui dit vrai? Ce qui est sûr, c’est que François Hollande, le chef de l’État, a martelé qu’il fallait alléger la pression fiscale, surtout s’agissant des ménages les plus fragiles, notamment les jeunes…

Autre problème posé par ce projet, le contrôle de cette mesure. «On peut tout à fait acheter une box et ne pas regarder la télévision, comment vérifier?», interroge-t-elle. Pour toutes ces raisons, Axelle Lemaire n’est «pas tellement favorable» à cette redevance sur les box, «même s’il faut se poser la question du financement de l’audiovisuel public», poursuit-elle.

Il faudra y répondre rapidement. France télévisions et Radio France sont tous les deux déficitaires et cherchent de nouvelles sources de financement pour se renflouer. Or, «il n’y a pas de cap, le gouvernement nous parle de réformettes qui visent seulement à boucher les trous. Ce n’est pas à la hauteur de l’enjeu, estime-t-on au Sénat. Ce qu’il faut, c’est remettre à plat l’équation économique de France Télévisions».

Axelle Lemaire n’est pas la première à s’opposer au scénario envisagé par la rue de Valois. Si Bercy estime aussi qu’il faut accroître les recettes de la redevance, il ne partage pas l’avis de Fleur Pellerin sur les moyens d’y parvenir, dans la mesure où, encore une fois, François Hollande a promis de ne pas augmenter les impôts. La balle est désormais dans son camp. Le chef de l’État doit rendre un arbitrage sur cet épineux dossier lundi prochain.

Source : Couac au gouvernement sur la redevance TV

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :