News

Frédéric Mitterrand invité du 20H00 sur TF1, le ministre est confronté à une violente polémique (vidéo)

tf1Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, confronté à une polémique autour d’un livre où il relate ses expériences de tourisme sexuel, était l’invité du journal de 20 heures sur TF1 avec Laurence Ferrari. Lundi soir sur France 2, le ministre avait été accusé de pédophile par Marine Le Pen, seconde du Front National.


Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, confronté à une polémique autour d’un livre où il relate ses expériences de tourisme sexuel, était l’invité du journal de 20 heures sur TF1.

Le ministre était interviewé par Laurence Ferrari.

Quatre ans après la parution d’un livre relatant ses expériences de tourisme sexuel, intitulé « La mauvaise vie », la polémique a rattrapé le ministre de la Culture.

Voir la vidéo de Marine Le Pen

Alors que Xavier Bertrand, patron de l’UMP, et Henri Guaino, conseiller spécial du président, montent au créneau pour condamner les attaques du FN et du PS contre Frédéric Mitterrand, le socialiste Manuel Valls enfonce le clou ce matin sur France Info : le ministre de la Culture « doit s’expliquer ». Et Sarkozy et Fillon doivent ensuite « décider du sort » de l’auteur du « Mauvais garçon »…


Manuel Valls, france-info, 08 10 2009

« Je ne suis pas là pour me plaindre, on m’avait dit que la politique était quelque chose de dur, je le savais je le constate. Ce livre n’est en aucun cas l’apologie du tourisme sexuel, même si l’un des chapitres est une traversée de cet enfer, avec la fascination qu’elle peut exercer », a-t-il assuré, visiblement ému.

« L’amalgame malsain auquel je suis confronté, voudrait que les garçons soient des mineurs. En aucun cas, a-t-il ajouté…. J’ai commis une erreur sans doute, un crime non, une faute même pas. J’étais avec des gens qui avaient mon âge ou cinq ans de moins et qui étaient consentants. J’ai fait une faute concernant la dignité humaine. Je pense qu’il faut se refuser à ce genre d’échange. Je ne veux pas me faire plaindre mais on peut commettre ce genre d’erreur. »

A-t-il envisagé de démissionner? « Non, le président m’a réaffirmé sa confiance, comme monsieur Fillon qui a dit qu’il avait commencé à m’apprécier après avoir lu mon livre. Je n’ajouterai pas l’indignité à l’injustice. »

Regrette-t-il son soutien à Roman Polanski? « J’ai voulu dire à un artiste qu’il ne serait pas abandonné par son ministre de la Culture. Je reconnais que j’ai peut-être été trop émotif. »

Toute la journée, la polémique avait enflé. Conseiller spécial de M. Sarkozy, Henri Guaino a qualifié d' »indigne » la polémique, soulignant qu' »il n’y avait pas de faits » contre lui. »Le Premier ministre lui a fait part de son soutien personnel mercredi en marge du conseil des ministres », a-t-on indiqué dans l’entourage de François Fillon.
Nicolas Sarkozy, qui ne s’est pas exprimé publiquement, avait jugé « courageux et talentueux » le livre incriminé, dans un entretien, cet été, au Nouvel Observateur.



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :