News

La concurrence explose et les séries osent

mediametrieLevallois, le 2 Octobre 2013

“Nouveaux entrants, nouveaux formats, nouveaux contenus : le monde des séries est bouleversé, incitant les acteurs audiovisuels traditionnels à s’adapter à ces développements rapides. Ils se doivent aujourd’hui d’enrichir leur offre et d’explorer de nouvelles opportunités de croissance”, note Sahar Baghery, Responsable d’Etudes chez Eurodata TV Worldwide, à l’occasion de la publication du Scripted Series Report – Edition 2013.

Home, sweet home

15 territoires étudiés, 127 chaines passées au crible, plus de 140 000 heures de programmes analysées : les séries sont au coeur de la consommation TV,
représentant près d’un tiers des programmes les plus performants dans le monde

Cette saison plus que jamais, le contenu local marche,représentant 80% des séries les plus regardées.
L’Europe, en particulier, devient un pilier de la créativité. Les télespectateurs préfèrentles productions nationales aux formats étrangers, comme en témoignent les succès de Tatort (Allemagne), de Downton Abbey (Royaume-Uni), d’Aguila Roja (Espagne) et du nouveau Volare (Italie) affichantles meilleures audiences.

L’inspiration arrive près de chez vous 

Les créations originales européennes montent en gamme et gagnent du terrain non seulement dans la programmation nationale, mais aussi au delà de leurs
frontières.

Les séries anglaises ont investi avec succès le marché international. S’appuyant principalement sur BBC et ITV, le Royaume-Uni est le second plus gros exportateur de fiction après les Etats-Unis. Les productions scandinaves ont également une résonance universelle, que ce soit dans leur version originale ou dans leurs adaptations locales. Real Humans (Suède/Danemark/Finlande) sera prochainement adaptée au Royaume-Uni, et a déjà été exportée dans 53 pays. La série allemande Der Letzte Bulle a également été diffusée dans sa version originale en Italie et au Québec. Adaptée en France sous le nom de Falco où elle a rencontré un grand succès (TF1, 6,7 millions de téléspectateurs en moyenne), cette série policière sera prochainement adaptée aux Etats-Unis.

Les séries anglaises ont investi avec succès le marché international. S’appuyant principalement sur BBC etITV, le Royaume-Uni estle second plus gros exportateur de fiction après les Etats-Unis. Les productions scandinaves ont également une résonance universelle, que ce soit dans leur version originale ou dans leurs adaptations locales. Real Humans (Suède/Danemark/Finlande) sera prochainement adaptée au Royaume-Uni, et a déjà été exportée dans 53 pays. La série allemande Der Letzte Bulle a également été diffusée dans sa version originale en Italie et au Québec. Adaptée en France sous le nom de Falco où elle a rencontré un grand succès (TF1, 6,7 millions de téléspectateurs en moyenne), cette série policière sera prochainement adaptée aux Etats-Unis.

Des stars tout court

Source : Scripted SeriesReport – Saison 2012-2013 – Copyright Mediamétrie/ Eurodata TV Worldwide/ Partenaires audimétriques – Tous droits réservés2
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Scripted Series Report

Les nouvelles séries ont conquis le public : 40% des séries les plus performantes ont été lancées après Septembre 2012. Parmi les séries plébiscitées, les quatre premières sont des séries courtes ou des mini-séries : The Bible aux Etats-Unis (13,2 millions de téléspectateurs sur History Channel), Volare en Italie (10,8 millions de téléspectateurs sur Rai 1), Broadchurch au Royaume-Uni (8,8 millions de téléspectateurs surITV) et Das Adlon en Allemagne (8,6 millions de téléspectateurs sur ZDF).

Les séries à événement soulèvent également l’enthousiasme. Aux Etats-Unis, Under the Dome en est une illustration parfaite affichant un succès retentissant cet été avec 17,8 millions de téléspectateurs pour le pilote, et le meilleur score en vingt ans pour une série d’été dramatique.
Mettre en scène des stars du grand écran dans les séries est aussi une stratégie payante : Kevin Williamson et Kevin Bacon dans The Following, David Fincher et Kevin Spacey dans House of Cards, et bientôt Robert de Niro dans Criminal Justice… Ces grands noms d’Hollywood contribuent à façonner la réputation de séries haut de gamme sur le petit écran.

360 : l’audience fait sa révolution

Face à l’évolution des modes de consommation (multitasking, délinéarisation), il est devenu nécessaire pourles séries de développerleur stratégie digitale.
La stratégie transmedia massive etimmersive construite autour de Defiance et son jeu vidéo est un bel exemple de gamification. Elle s’appuie sur l’interactivité et l’écho entre les événements se produisant dans le jeu et l’intrigue de la série télévisée diffusée en direct, ainsi que l’intégration des actions des joueurs au storytelling. Résultat : la première saison aux Etats-Unis a multiplié la moyenne de la case par 3,5 sur Syfy.

Développer une stratégie 360 autour d’une série peut aussi être le moyen de faire  vivre sa diffusion et d’élargir l’audience. Au Danemark, un seul épisode de la comédie Sjit Happens a été diffusé sur TV2 Zulu. Le développement de nouveaux épisodes dépend de la participation des téléspectateurs, associés à la construction du storytelling. Ce premier épisode a rassemblé 21,8% des téléspectateurs de 25-49 ans, multipliant par 6 les performances moyennes de la case. Dans un marché de plus en plus concurrentiel, l’offre de séries se démultiplie et séduit un public toujours plus large et plus exigeant. Ainsi, les acteurs traditionnels comme les nouveaux entrants rivalisent d’ingéniosité pour proposer des projets toujours plus audacieux, mobiliser des talents et offrir une programmation toujours plus riche.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :