News

Communiqué intersyndicale : la direction de RFI s’enfonce dans la crise

rfiAlors que le PDG devait donner ce mardi 2 juin, une réponse à l’intersyndicale sur ses revendications présentées en fin de semaine dernière, pour sortir du conflit, la direction nous a présenté comme un vieux disque rayé son plan social, soit :

 

– Un accord relatif au volontariat négocié avec la CFDT, qui est un des chapitres du plan social.

– Une feuille intitulée « projet de protocole de fin de grève » digne d’un très mauvais papier de synthèse, dans lequel il est dit que « la direction a rencontré à plusieurs reprises les syndicats, que les syndicats cherchent à éviter les licenciements et que la direction réaffirme la nécessité de réformer RFI ». Ce texte reprend ensuite les points du plan social. Rien sur le reclassement, rien à négocier sur le volontariat. Aucune perspective pour sauver l’emploi. Et pas un mot sur les conditions de travail futures.

 

Ce que l’on attendait c’est un texte sérieux, chiffré dans lequel les deux parties se mettent d’accord pour qu’il n’y ait aucun licenciement contraint.

 

Les salariés de RFI n’ont pas fait trois semaines de grève pour que l’intersyndicale négocie le plan social qui est toujours par ailleurs suspendu par la Cour d’appel.

 

En pleine réunion de négociations, pendant une interruption de séance, le président envoie un communiqué au personnel où il affirme qu’il n’y a rien à négocier et qu’il ne veut « pas croire à des mirages ». Est-ce que la sauvegarde de l’emploi est un mirage ou une priorité gouvernementale ?

Pas de surprise dans la communication du président. Il met une fois de plus l’intersyndicale au pied du mur en choisissant de négocier avec certains syndicats (minoritaires) et de signer avec eux un accord parce qu’ils acceptent de négocier le plan social.

 

Les dirigeants de RFI mettent tout leur poids dans la balance pour faire passer en force leur plan social nous laissant d’autre choix que de nous adresser à l’Elysée et de réitérer notre demande de médiateur. Il faut maintenant que l’Etat agisse pour sortir l’entreprise de la « crise » dans laquelle l’actuelle direction l’a plongée et dont elle est pleinement responsable.

SNJ FO SNRT-CGT SNJ-CGT

Paris, le 2 juin 2009

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :