News

Comareg/Hebdoprint: GHM demande le placement en redressement judiciaire

Le Groupe Hersant Media (GHM) a annoncé lundi qu’il demanderait la mise en redressement judiciaire de la Comareg, leader de la presse gratuite d’annonces, ainsi que de ses filiales Comareg Bretagne et SEJGA.

Dans un communiqué, GHM annonce en outre le dépôt prochain d’une demande de mise sous sauvegarde pour Hebdoprint. Ces différentes sociétés constituent le pôle « Presse Gratuite d’Annonces » (PGA) d’Hersant Media, qui traverse de sérieuses difficultés.

A travers ses quatre imprimeries, Hebdoprint est le centre d’impression quasi-unique des journaux du pôle PGA, dont le titre phare est Paru Vendu.

Les journaux gratuits de petites annonces ont été laminés ces dernières années par l’arrivée des sites d’annonces sur le web, support plus souple, plus réactif et donc particulièrement adapté à ce type de contenus (annonces et publicités locales).

Le groupe Comareg a réalisé en 2009 un chiffre d’affaires de 259 millions d’euros en baisse de 25%, essuyant une perte nette de 30,9 millions d’euros après un résultat légèrement positif en 2008.

Comareg emploie quelque 1.917 salariés et Hebdoprint 624 personnes.

Selon GHM, « les comités d’entreprise de Comareg et Hebdoprint, les principales sociétés du pôle PGA, ont été réunis ce jour pour être informés des décisions à prendre au regard de la situation du pôle. Compte-tenu de la situation économique et d’un marché particulièrement difficile ».

Toujours selon GHM, « l’objectif est de présenter un plan de continuation de l’activité pour Comareg et ses filiales, et un plan de sauvegarde pour Hebdoprint, leur permettant de relancer leurs activités de façon pérenne ».

Le tribunal de commerce de Lyon examinera cette demande le 30 novembre.

« Le Groupe Hersant Media est convaincu que la presse gratuite d’annonces a un avenir dans le cadre d’une stratégie volontariste de repositionnement. Le pôle PGA a la volonté et la capacité de mettre en oeuvre des mesures efficaces de redressement et de relance de l’activité, notamment par la rationalisation de l’outil de production, de commercialisation et de distribution, et par une évolution rapide vers un système bimédia (papier/web) », écrit encore GHM.

Le Groupe Hersant Média, fortement déficitaire et endetté, a par ailleurs annoncé avoir engagé une procédure de renégociation de sa dette bancaire estimée, selon le quotidien Les Echos à 200 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 750 millions.

Des rumeurs circulent régulièrement sur de possibles cessions de titres du groupe GHM comme Paris-Normandie, L’Union ou Nice Matin, dont la pépite, Corse Matin, fait l’objet d’études approfondies par différentes repreneurs potentiels.

« Aucune offre réelle n’a été faite à ce jour pour aucun de nos titres », a répondu lundi à l’AFP un représentant de GHM.

Pub

1 Comment on Comareg/Hebdoprint: GHM demande le placement en redressement judiciaire

  1. Bonjour , je suis à la recherche d’un DCP et et de 2 chef de publicité pour notre ouverture sur RENNES poste à pourvoir en janvier 2012 les anciens de comareg sont les bienvenus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :