News

Canal+ : procédure de licenciement contre le producteur du « Zapping »

LE MONDE | • Mis à jour le |Par Alexis Delcambre

La fin de la saison est l’occasion d’un nouveau grand ménage à Canal+. Après que le producteur des « Guignols », Yves Le Rolland, a été écarté, c’est au tour de celui du « Zapping » : selon nos informations, confirmant celles publiées par le site Les Jours, Patrick Menais a reçu, vendredi 8 juillet, une convocation à un entretien préalable au licenciement, pour « faute lourde ».

Quelle est cette faute ? Selon la chaîne, M. Menais a déposé en son nom propre, à l’INPI, les noms « Le Zapping » et « L’Année du Zapping ». Deux appellations jugées constitutives du patrimoine de Canal+. Il est donc reproché à celui qui est salarié de la chaîne de chercher à se les approprier.

Le sort du « Zapping », une émission historique de Canal+, avait été scellé lors d’une conférence de presse organisée le 27 juin : la direction de la chaîne avait alors annoncé qu’il ne serait pas reconduit à la rentrée, au motif que le format n’était, selon elle, pas « différenciant ». Le ton avec lequel l’émission était évoquée confinait clairement au mépris, mais le départ de Patrick Menais n’était pour autant pas acté, et celui-ci était resté dans l’expectative.

Lire aussi :   Un « nouveau Canal+ » pour mettre fin à l’hémorragie des abonnés

En réalité, il se trouvait donc dans le viseur. Il faut dire que, fidèle à la grande liberté qui l’a toujours caractérisé, le « Zapping » n’avait pas ménagé l’actionnaire de référence de Vivendi, Vincent Bolloré, au fil de la saison. Le 8 octobre, il avait repris de larges extraits d’un documentaire sur le Crédit Mutuel diffusé sur France 3 après que Canal+ l’avait déprogrammé. Et le 8 avril, il avait largement cité un grand portrait de Vincent Bolloré et de ses activités diffusé sur France 2 dans « Complément d’enquête ».

Il y a quelques semaines, Patrick Menais s’était présenté à des élections professionnelles sous l’étiquette CGT. Cela lui confère un statut de salarié protégé, qui suppose une enquête de l’Inspection du travail dans le cadre de la procédure de licenciement – une complexité qui ne semble pas, pour le moment, dissuader la chaîne.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :