News

Björk : un nouvel album “Biophilia”

Björk explore les liens entre technologie, musique et nature sur “Biophilia”, un album conceptuel et difficile d’accès.

Pour son 7ème album (dont la sortie est prévue pour le 10 octobre) l’Islandaise Björk, férue d’écologie, s’est inspirée de sa perception de la nature et de la lecture d’ouvrages de musicologie. Chaque chanson de “Biophilia” évoque un mécanisme scientifique et le rattache à une émotion humaine.

Aini, “Virus” est une chanson d’amour qui explore les relations entre un virus et son hôte… “Moon”, un titre “très mélancolique” , porte à la fois sur “la renaissance et les cycles de la lune, mais aussi sur l’aspect mathématique de la pleine lune” , explique Björk dans l’épais dossier de presse qui accompagne “Biophilia”.

Les dix chansons de l’album ont toutes fait l’objet d’une application sur iPad qui se veut à la fois outil de création musicale et animation scientifique à but éducatif. L’application de “Crystalline” associe des structures de cristaux avec des structures musicales, celle de “Dark Matter” permet d’apprendre les gammes…

“Nous allons découvrir comment la musique, la nature et la technologie évoluent ensemble. Tout comme la musique nous permet de rendre palpable des émotions humaines invisibles, la technologie nous permet de découvrir les mécanismes invisibles de la nature” , explique le respecté naturaliste britannique David Attenborough, en introduction de ces applications. “Listen, learn, create” (“Ecoutez, apprenez, créez”) , exhorte-t-il.

Arrangements épurés et pendules-harpes
Pour la musique, l’Islandaise s’est également attachée les services d’une équipe pointue, avec le duo de producteurs londoniens “16bit” ou Zeena Parkins, une figure de la scène jazz-rock expérimentale new-yorkaise.

Voulant des arrangements les plus épurés possible, elle a utilisé des instruments inventés pour le disque, comme une “basse reliée à un Teslacoil (résonateur)” ou des “pendules-harpes en bois de 2 mètres exploitant l’attraction gravitationnelle de la terre pour créer des motifs musicaux”.

Mais si quelques chansons comme “Crystalline” ou “Virus” rappellent certains des grands moments de la chanteuse, l’ensemble est trop aride pour séduire et émouvoir.

 

Biophilia, l’album-appli de la célèbre Islandaise, sera en écoute gratuite sur le site de National Public Radio (NPR) jusqu’au 11 octobre, date de sa sortie aux Etats-Unis

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :