News

BFMTV et i-Télé provoquent la colère du patron de TF1

Nonce PaoliniA quelques jours de l’arbitrage que doit rendre le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) sur le passage ou non de plusieurs chaînes de la TNT payante (LCI, Paris Première et Planète +) sur la TNT gratuite, BFMTV et i-Télé sont à la manœuvre contre le groupe TF1, propriétaire de leur concurrente, la chaîne d’info LCI.

Dans un courrier adressé au CSA révélé lundi par Les Échos, BFMTV (groupe NextRadioTV) et i-Télé (groupe Canal +) se sont engagés à embaucher prioritairement des journalistes de LCI, au cas où le CSA refuserait de laisser la chaîne d’info passer en gratuit et que le groupe TF1 déciderait de la fermer. Ce que Nonce Paolini, le président du groupe TF1, a effectivement menacé de faire si sa demande n’était pas acceptée.

Une menace que les opposants du passage de LCI en gratuit jugent inadmissible. «L’argument social mis en avant par TF1 ne devrait pas jouer, estime l’un des initiateurs du courrier. Dire qu’en cas de refus du CSA, ce sera le foutoir, ce n’est pas acceptable. Si le CSA dit non à TF1, Bouygues n’arrêtera pas LCI car l’argument de la viabilité économique ne tient pas non plus: des dizaines de chaînes vivent sur le câble et le satellite.»

De son côté, le patron de TF1 s’est dit lundi «extrêmement choqué» de voir ces arguments utilisés pour «tuer une entreprise concurrente». «C’est du jamais vu! Les intérêts financiers ne justifient pas le recours à tous les moyens, y compris les plus vils!», s’insurge Nonce Paolini, qui parle de «manipulations détestables».

Paolini «choqué»

La démarche d’i-Télé et BFMTV est taxée de cynisme. «Comment deux chaînes qui ont tout fait pour tuer LCI anticipent aujourd’hui le moment où elles se partageront les corps?», s’étrangle un proche du dossier.

TF1 conteste par ailleurs fermement les chiffres d’emploi avancés par le courrier adressé au CSA, qui évoquerait l’embauche de 66 journalistes sur les 103 à fin 2013 mentionnés dans le dernier rapport financier de LCI. Chez TF1, on chiffre à 247 le nombre de collaborateurs qui travaillent pour LCI, une centaine directement et près de 150 en contrat chez TF1 mais qui travaillent à temps plein exclusivement pour la chaîne d’info du groupe. «L’option de la fermeture ne relève pas du bluff mais de la réalité économique», rappelle la Une.

VIDÉO – «Au nom de quoi faudrait-il priver les téléspectateurs français d’une troisième chaîne d’information», affirmait Nonce Paolini, le 18 mai 2014, au «Buzz Média Orange-Le Figaro».

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :