News

Bernard Mazières, ancien journaliste politique du Parisien, tué à son domicile

Un ancien journaliste politique du quotidien Le Parisien, Bernard Mazières, a été retrouvé mort vendredi après-midi à son domicile dans le VIe arrondissement de Paris, après avoir été frappé avec un objet à la tête, a-t-on appris samedi auprès de la police.

Âgé de 60 ans, M. Mazières, qui avait quitté il y a un an ses fonctions au Parisien, a été retrouvé par sa femme de ménage à son domicile où il vivait seul. La mort pourrait remonter à jeudi dans la soirée.

« Aucune trace d’effraction n’a été relevée », a indiqué une source proche de l’enquête.

Une autopsie doit être réalisée samedi.

Bernard Mazières avait notamment travaillé à FR3 (aujourd’hui France 3) à Strasbourg avant de participer à l’aventure des radios libres en 1981, à Radio-Express lancée à l’époque par l’hebdomadaire éponyme. Il y avait ensuite rejoint le service politique avant un bref passage à Radio Monte-Carlo (RMC).

Embauché au Parisien en 1997, il y restera jusqu’à sa retraite l’an dernier. Il y occupait alors le poste de rédacteur en chef adjoint en charge du politique.

D’anciens collègues, très émus et surpris des circonstances de son décès, l’ont décrit à l’AFP comme fin, cultivé, séducteur et bon vivant.

« C’est incompréhensible », a dit Jacques Espérandieu, qui a travaillé avec lui au Parisien, ajoutant que « personne ne lui connaissait d’ennemis ».

« Bernard était très chaleureux et très aimé, un vrai professionnel qui adorait la politique », a déclaré, de son côté, Dominique de Montvalon, ex-directeur de la rédaction du Parisien. « Nous avons écrit ensemble des centaines d’articles et formions un tandem à la tête du service politique quand j’étais chef du service et qu’il était mon adjoint », a-t-il dit.

Né le 1er juin 1950, il était le fils d André Mazières, éditorialiste politique de la Charente Libre.

En 2007, il avait co-signé le « dictionnaire absurde de la droite ».

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :