News

Bakchich : redressement judiciaire avec une période d’observation de six mois

Parallèlement, le site satirique bakchich.info mise sur le lancement d’un hebdomadaire le 23 septembre pour faire face à la chute de ses recettes publicitaires. « Si le projet ne marche pas, on va déposer le bilan », explique son patron Nicolas Beau.
La société Bakchich, qui comprend le site satirique et l’hebdomadaire papier, déclarée en cessation de paiement, a été placée lundi en redressement judiciaire avec une période d’observation de six mois par le tribunal de commerce.

« Ca nous laisse un peu de visibilité. Nous avons quelques atouts pour redresser la situation », a déclaré le directeur de Bakchich, Nicolas Beau. Il a évoqué notamment « deux pistes sérieuses de recapitalisation massive » de la société via de nouveaux actionnaires.

Le site satirique avait lancé en septembre un hebdomadaire papier pour tenter de sauver le groupe. Le premier numéro a été écoulé à 30.000 exemplaires, largement au-dessus de l’objectif de 25.000 fixé par la société. Mais les quatre numéros suivants ne se sont vendus qu’à 12.000 exemplaires chacun, creusant le déficit de bakchich à 100.000 euros.

M. Beau se montre néanmoins optimiste sur le redressement de la société, fort des 14.000 exemplaires vendus pour le dernier numéro. « A 16.000 ou 18.000 on sera à l’équilibre », dit-il.

Il a également fait valoir le nouveau contrat signé avec la régie publicitaire de Lagardère pour le site internet, dont les visites ont augmenté de 20% depuis début septembre.

« Paradoxalement nous n’avons jamais été dans une situation aussi prometteuse », a estimé M. Beau.

Il compte aussi sur les aides à la presse en ligne qui doivent être attribuées par le gouvernement dans le cadre des Etats généraux de la presse. La société emploie 13 salariés en CDI.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :