News

Amazon Cloud Drive : les majors haussent le ton

Bien qu’il semble tout à fait légal, le service de stockage de musique en ligne Cloud Drive d’Amazon déclenche l’ire des majors de l’industrie musicale.

Finalement, l’acharnement des majors sur le service de stockage de musique en ligne d’Amazon, Cloud Drive, ne fait que grimper le buzz autour de ce dernier. Pourtant, il est clair que nous allons vers une généralisation de ce genre de services en ligne : stocker sa musique dans un nuage hébergé par Amazon puis la lire sur son PC, Mac, ou n’importe quel périphérique (téléphone, tablette) fonctionnant sous Android.

Il est d’ailleurs étonnant que ce soit Amazon qui ait lancé le service, et pas Google ou Apple, même si ces deux derniers s’y préparent, sans que ce soit un secret pour tout le monde. Il n’empêche que c’est Amazon qui essuie les plâtres, et s’attire les foudres, notamment de la part de Sony Music.

Liz Young, la porte-parole de Sony Music, déclarait que « Nous sommes contrariés par la décision d’Amazon de lancer ce service sans licence pour le streaming de musique ». Mais aussi : « Nous espérons qu’ils vont parvenir à un nouvel accord de licences. Nous gardons toutes les options juridiques ouvertes ».

Evidemment, la stratégie de lancement de Cloud Drive d’Amazon est complètement atypique. Effectivement, Amazon aurait prévenu les majors une semaine à peine avant le lancement. « La possibilité de sauvegarder des MP3 dans Cloud Drive est la même que celle de conserver sa musique sur un disque dur externe ou même iTunes », se défend le vendeur.

Les majors souhaiteraient en fait s’attarder sur la diffusion de la musique en streaming. Un point sur lequel négocient Apple et Google depuis plusieurs mois avec les tenanciers de l’industrie musicale.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :