News

AFP/Réforme de la gouvernance : motion de défiance d’une partie du personnel

Une semaine après le dépôt d’une proposition de loi visant à réformer la gouvernance de l’Agence France-Presse, une partie de son personnel a adopté une motion de défiance et décidé d’un arrêt de travail de 24h00 sur la France.

« Les salariés de l’Agence France-Presse condamnent la méthode employée par le PDG Emmanuel Hoog pour tenter de faire modifier à la hussarde le statut de l’AFP sans consulter le personnel », selon le texte de la motion présentée par l’ensemble des syndicats lors d’une assemblée générale rassemblant une centaine de salariés de l’AFP à Paris.

L’AFP emploie près de 3.000 collaborateurs répartis dans 165 pays.

Dans cette motion, les signataires exigent « que tout nouveau statut soit soumis à un référendum interne du personnel, qui doit l’approuver par une très forte majorité », comme cela avait été le cas lors de la mise en place du statut actuel de l’AFP découlant d’une loi de 1957.

« Ce n’est pas un changement de statut mais une réforme du statut. C’est une modification qui va dans le sens de la clarification de la gouvernance et du renforcement de l’indépendance », a déclaré Emmanuel Hoog, Pdg de l’AFP.

« Depuis mon arrivée, j’ai toujours dit que je souhaitais garder le statut originel de l’AFP et ne pas la doter d’un capital; qu’en revanche, l’évolution de sa gouvernance était souhaitable et nécessaire, d’abord et avant tout, pour son développement », a-t-il ajouté.

Les salariés présents à l’assemblée générale ont voté un arrêt de travail de 24 heures à l’appel de la CGT et de SUD (minoritaires chez les journalistes). Le SNJ et la CFDT, qui représentent plus de la moitié des journalistes, n’avaient pas appelé à la grève et Force ouvrière s’était déclarée réservée sur un tel mouvement.

Une proposition de loi (PPL) visant à réformer la gouvernance de l’Agence France-Presse et confirmer sa mission d’intérêt général a été déposée le 17 mai par le sénateur Jacques Legendre (UMP-Nord) et pourrait être examinée avant la fin de la session parlementaire ordinaire prévue fin juin.

« La proposition de loi déposée par le sénateur Jacques Legendre mérite évidemment toute notre attention », a déclaré le président de la Société des journalistes (SdJ) de l’AFP, Olivier Baube.

« La SdJ partage l’inquiétude d’une partie du personnel (…) Encore faut-il que le personnel soit en capacité de juger pleinement des menaces et des avancées que contient cette proposition de loi », a-t-il ajouté.

Le texte de la PPL qui amende légèrement la loi de 1957 portant création de l’AFP prévoit principalement une modification de la composition du conseil d’administration de l’Agence et la mise en conformité de sa mission d’intérêt général avec les règles européennes en vigueur.

Le sénateur UMP Jean-Pierre Leleux a été désigné rapporteur de la proposition de loi et le Sénat doit décider prochainement de sa mise à l’ordre du jour.

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :