News

RFI: cinquième semaine de grève, le dialogue toujours dans l’impasse

rfi(AFP) L’antenne de Radio France Internationale (RFI) était toujours perturbée mardi par la grève « illimitée » contre le plan social, qui entre dans sa cinquième semaine, tandis que le dialogue entre syndicats et direction est toujours dans l’impasse.

L’antenne de Radio France Internationale (RFI) était toujours perturbée mardi par la grève « illimitée » contre le plan social, qui entre dans sa cinquième semaine, tandis que le dialogue entre syndicats et direction est toujours dans l’impasse.

Le mouvement a été reconduit mardi pour 24 heures lors d’une assemblée générale rassemblant « 200 salariés », a indiqué à l’AFP Maria Afonso, secrétaire (FO) du comité d’entreprise.

Entamée le 12 mai, cette grève d’une durée record pour la radio publique, entraîne d’importantes perturbations à l’antenne. Le mouvement est suivi chaque jour par une minorité mais selon les syndicats, les salariés se relaient pour faire grève.

L’intersyndicale (SNJ, FO, SNRT-CGT et SNJ-CGT) demande à la direction un « moratoire » sur le plan social annoncé en janvier, qui prévoit 206 suppressions d’emplois sur un millier, et la fermeture de plusieurs bureaux de langues (allemand, albanais, polonais, serbo-croate, turc et laotien).

« On demande la suspension des procédures du plan, conformément à l’arrêt de la Cour d’appel », a expliqué Mme Afonso.

La Cour d’appel de Paris, saisie par le CE, a suspendu le 12 mai le plan social, demandant à la direction d’informer les représentants du personnel sur la mise en place de la holding Audiovisuel extérieur de la France (AEF) qui coiffe RFI, France 24 et TV5Monde. Le juge doit se prononcer sur la conformité de cette injonction le 17 juin.

« Notre direction continue de nous proposer des dates dans le cadre du plan social. On est face à une absence de dialogue, c’est du jamais vu dans une entreprise audiovisuelle publique », a commenté Catherine Rolland (SNJ-CGT).

Les syndicats, qui demandent « zéro licenciement contraint », ont écrit au conseiller social de Nicolas Sarkozy, Raymond Soubie, pour obtenir un médiateur. « M. Soubie ne nous a toujours pas répondu », a regretté la secrétaire du CE.

De son côté, la direction a soumis aux syndicats un projet de protocole de fin de grève, dans lequel elle « réaffirme la nécessité de réformer RFI et de réaliser l’objectif de retour à l’équilibre budgétaire qui seul, permettra d’assurer l’avenir de l’entreprise ».

Elle assure qu’elle « fera en sorte de favoriser, autant que faire ce peut, le recours au volontariat des salariés au départ, à la retraite et au reclassement sur des postes internes à RFI, à l’AEF ou à l’audiovisuel extérieur ».

(RFI RIPOSTE)

De nombreux auditeurs, des collègues d’autres médias, des personnes se sentant proches de notre cause, nous demandent comment nous soutenir financièrement.

Nous sommes en grève depuis maintenant cinq semaines. La solidarité en interne fonctionne bien mais elle a ses limites.L’argent c’est le nerf de la guerre et la direction mène une guerre d’usure en se refusant à toute négociation.

Vous pouvez nous envoyer vos chèques à l’adresse postale qui suit :

SNFORT / maison de la radio
116 av du president Kennedy
75016 Paris /france

Les chèques (exclusivement) doivent être libellés à l’ordre du SNFORT avec la mention “Caisse de grève“.

Merci de votre soutien

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-4563539-4
%d blogueurs aiment cette page :